L’UNPT se penche sur l’avenir de la filière

Pour son 14e congrès, l’Union nationale des producteurs de pommes de terre (UNPT) a débattu de la faisabilité d’une pomme de terre écologique et compétitive. Elle a également présenté une prospective sur les échanges mondiaux à l’horizon de 2025. Lors de son congrès, le mardi 24 janvier 2017 à Paris, l’Union nationale des producteurs de pommes de terre (UNPT) a présenté les résultats d’une étude prospective à l’horizon de 2025 réalisée avec FranceAgriMer. « Depuis 2010, nous observons une accélération plus rapide de l’offre que de la demande », explique Geoffroy d’Evry, son vice-président. Face à cette tendance haussière de la production, qui s’est accélérée ces dernières années, et des exportations qui se sont stabilisées, le but est de trouver de nouveaux débouchés à l’horizon de 2025. Selon le scénario principal envisagé dans cette étude, la consommation de pommes de terre au niveau mondial devrait augmenter de 20 % d’ici à 2025. Cela s’expliquerait par une forte croissance de la consommation dans les pays émergents et en développement, notamment en Asie, en particulier dans le secteur de la pomme de terre transformée. L’étude projette que les pays de l’Amérique centrale, de l’Asie du Sud-Est et du Moyen-Orient seraient déficitaires, au profit de l’Union européenne, l’Amérique du Nord, l’Inde et l’Égypte. Pour la France, cette situation permettrait de doubler les exportations et de réduire le déficit en pommes de terre transformées. Rapport